Heads-up en table finale de PLO High-Low

heads up au poker omaha high low

En tête à tête – variante PLO High-Low – contre un joueur agressif, il faut forcer tous les coups où l’on pense avoir une main de force supérieure. En tout cas, c’est ma philosophie.

Tout peut basculer rapidement

Alors que je m’étais retrouvé en tête-à-tête lors d’une table finale d’un gros tournoi online d’Omaha High Low Pot Limit, j’avais à peu près 140 000 en jetons : deux fois plus que mon adversaire, très agressif au demeurant. Les blindes étant à 5000/10000, chaque coup donnait lieu à une rude bataille.

Je pensais que le Heads Up était terminé quand, en défendant ma grosse blinde, j’avais floppé une quinte max. Il a ouvert à 20 000, j’ai relancé de 35 000, le poussant à tapis sans grand espoir qu’il puisse s’en sortir. Mais les deux dernières cartes lui ont donné une couleur backdoor! Il avait désormais deux fois plus de jetons que moi.

Au coup suivant, je me suis retrouvé avec 5-3-3-2 : une bonne main à une table complète d’Omaha High Low, beaucoup moins bonne en tête-à-tête où le « High » est très important (vous ne pouvez pas gagner d’argent en tête-à-tête si vous ne gagnez que la moitié du pot avec le « Low »). Toutefois, cela pouvait aussi être une bonne main avec un flop low. J’ai donc suivi sa relance préflop de 10 000. Le flop s’est ouvert sur Q-6-4 à pique: un assez bon flop pour moi, même si je n’avais pas de couleur. J’avais 12 outs pour une quinte (quatre 7, trois 5, deux 3 et trois 2) ainsi que la troisième meilleure main low. Il a misé 15 000.

Question: Que feriez-vous avec ma main dans cette situation?

Il était peu probable qu’il ait une couleur. Et, même si c’était le cas, je pouvais encore espérer prendre la moitié du pot avec mon low. Puisque je n’avais pas l’intention de me coucher, j’ai décidé de tenter ma chance en faisant tapis avec mes derniers 50 000. Il a réfléchi un moment avant de se coucher. Un point pour moi !

Nous étions désormais à peu près à égalité en nombre de jetons. A la main suivante, on m’a distribué A♣-5♣-4♥-K♦, une excellente main en tête-à-tête. Comme d’habitude, mon adversaire a relancé préflop à 20 00.

Contre un joueur agressif, il est souvent préférable et moins risqué d’effectuer un simple call. Il est plus sûr, en effet, de voir d’abord le flop, d’autant que c’est lui qui parlera en premier après le flop. Qui s’est ouvert sur K-7-4 tricolore. Etant sûr qu’il miserait, j’ai donc checké. Et il a ouvert à 15 000.

Question: Que feriez-vous maintenant ?

Avec mes deux paires K-4, un tirage low et la connaissance du style de jeu de mon adversaire, j’étais presque certain de le battre. Mais de combien devais-je relancer ? Comme j’avais l’avantage psychologique d’avoir gagné le coup précédent, je pouvais user de la même stratégie. J’ai donc fait tapis. Après un long moment de silence, il a fini par caller.

Quand nous avons abattu nos cartes, j’étais ravi de voir sa main : A-7-6-4. Et, cette fois-ci, il n’a pas touché de carte miracle, puisqu’un 9 et un 8 ont été retournés. Victoire ! Vive le Omaha.