Le jour où j’envoyais des fausses infos en PLO

donner des fausses informations à vos adversaires

Brouiller les cartes et envoyer de fausses informations peut apporter de jolis résultats. À condition d’utiliser cette technique « psychique » avec parcimonie. J’ai déjà aborder le poker ohama sur ce blog, notamment lors d’un petit heads-up en PLO high-low, mais je vais vous parler d’une petite technique pour envoyer des fausses informations à vos adversaires.

Pourquoi envoyer des fausses informations?

Les blindes n’étaient pas très chers au regard des limites auxquelles je suis habitué : 2/5 euros. Mais j’ai très vite réalisé qu’il ne fallait pas s’y fier. La quasi-totalité des mains étaient de fait relancées préflop à 15 dollars ou 20 dollars. De quoi m’inciter à un peu de patience : une bonne main, un bon flop et un bon spot finiraient bien par arriver, me permettant de gagner ainsi de jolis pots.

Au bout d’une heure, je n’avais joué que très peu de mains. J’avais même jeté une seconde couleur max : une décision que je n’ai pas regrettée car mon adversaire avaient effectivement les nuts et cela m’a permis d’économiser 130 euros. Good Read!

Au final, la première main intéressante est arrivée alors que j’étais au bouton. Je me suis retrouvé avec 7-7-6-5, deux couleurs, sur un pot où tous les joueurs étaient entrés dans le coup. Un family pot, autrement dit. Avec des jeux moyens, il m’arrive de recourir à des relances que mes amis qualifieraient de « psychiques »: elles sont effectuées dans le seul but d’envoyer de fausses informations à mes adversaires, pour représenter une grosse paire en main, par exemple, telles qu’une paire d’As ou de Rois.

Je réserve en général cette tactique aux tournois, beaucoup plus rarement aux parties de cash game live mais, cette fois, j’ai senti qu’elle pouvait donner de bons résultats. Et puis, je l’avoue, je commençais à m’ennuyer. Je souhaitais susciter de l’action et profiter de la faiblesse de mes adversaires.

J’ai donc relancé ce pot collectif à 20 euros. J’ai été suivi par trois joueurs. Je dois dire que le flop K-4-3 m’a beaucoup plu. Tout le monde ayant checké avant moi, j’ai misé 50 euros, un montant standard à cette table.

En omaha, les joueurs ne lâchent pas facilement

C’est certainement à cause du grand nombre de combinaisons possibles mais à  ma grande surprise, mes trois adversaires ont payé sans la moindre hésitation. La chance à encore payée: Un magnifique 7 est tombé au flop.

Quinte max et deuxième brelan max. Pas mal, non?! Je ne craignais plus qu’un troisième cœur à la rivière qui pourrait compléter une couleur chez l’un de mes adversaires. Même en cas de carte doublante à la rivière, je ne pouvais plus être battu que par un full aux Rois. Cette fois encore, tout le monde a checké et j’ai envoyé 275 euros, ce qui représentait à peu de chose près la taille du pot.

J’aurais pu effectuer une plus petite mise, mais je savais que personne ne me mettait sur une quinte après avoir observé le déroulement de ce coup. J’ai donc voulu donner l’impression de « pousser mes As », cartes que j’étais censé représenter.

Personne ne s’est couché et la rivière a été découverte. Heureusement pour moi, il ne s’agissait pas d’un cœur. Ayant toujours le jeu max, j’ai misé les derniers jetons qu’il me restait, pour un peu plus de 100 euros. Deux joueurs m’ont suivi et j’ai empoché dans ce pot environ 1 300 euros.

Pas mal, pour ce qui, au départ, ne devait être qu’une expérience amusante! t vous, vous aimez envoyer vos adversaires sur de fausses pistes?